Mais non, les pensees seront plus legeres: chaque matin, en me rasant, j’admire de les fenetres l’elegance des neuf eoliennes accrochees de quelques mois sur les collines ma garrigue languedocienne

Mais non, les pensees seront plus legeres: chaque matin, en me rasant, j’admire de les fenetres l’elegance des neuf eoliennes accrochees de quelques mois sur les collines ma garrigue languedocienne

J’en ai reve pendant trente-cinq ans. Et dorenavant elles sont la, vivantes au sein d’ l’azur, tournant avec une regularite apaisante. Modeles d’equilibre, jolie combinaison de l’intelligence industrieuse de l’homme et des ressources renouvelables d’une nature, jolies sculptures cinetiques a la geniale simplicite: un mat, trois pales au savant profil, un zest d’electro-mecanique et le tour est joue!

Dignes descendantes des moulins d’antan, ces neuf meufs d’Eole me font vibrer de bonheur tel leurs si jolies cousines, des voiles des greements : l’ensemble de se jouent avec subtilite des forces aerodynamiques entre terre et ciel, entre mer et azur.

Alors le matin, en me rasant, Quand je les vois tourner dans la Tramontane ou le vent d’Autan, J’me dis que oui, ca y est, la grande transition en energie est en marche.

Mais, des fois, il arrive qu’il n’y ait nullement un souffle d’air. Les neuf s?urs sont alors immobiles et elles s’ennuient autant qu’une grand-voile tristement deventee. Compatissant, je les taquine aussi en parodiant Baudelaire : «Exilees sur le sol au milieu des huees, vos pales de geantes vous empechent de tourner…».

Pauvres eoliennes! On des a accusees de massacrer le paysage : elles redonnent vie a toutes les courbes legerement mornes des collines languedociennes, seches et rudes. On a jete concernant elles mille rumeurs : le bruit va etre infernal, le raisin va s’aigrir, les oiseaux vont i?tre haches menus et, crime parmi les crimes, la tele va etre toute brouillee.

Rien de bien ceci n’est survenu. Notre bruit est le plus souvent plus faible que le vent lui-meme, le vin des coteaux ne s’est nullement evente, et les perdrix ont survecu plus surement qu’a l’ouverture une chasse. Quant a la tele, de toute maniere, elle n’offrait deja que du vent!

Evidemment, je suis conscient que les neuf meufs d’Eole ne semblent nullement parees de chacune des vertus: j’aimerais les voir plus citoyennes, propriete cooperative de tous ceux qui a proximite consomment de l’electricite ; j’aimerais qu’elles laissent tranquille le ciel etoile, plutot que de lancer des flashs nocturnes, ridicule exigence de l’aviation civile ou militaire ; j’aimerais qu’elles soient au plus pres des lieux de consommations, par exemple dans ces zones peri-urbaines qui ont ete saccagees en silence pendant des decennies alors qu’aujourd’hui s’elevent des cris d’orfraie contre l’eolien. Tiens, tel ceux, pousses par exemple avec Valery Giscard d’Estaing : il n’est peut-etre pas inutile de rappeler qu’en matiere d’energie, Monsieur l’ex-President, vous n’avez pas forcement ete un tres pertinent renifleur des petits parti pris Afin de la France …

Evidemment, la priorite absolue devra etre a la sobriete et l’efficacite en energie, c’est-a-dire a l’energie evitee, et j’y consacre notre activite professionnelle et bien au-dela.

Mais aussi dans un scenario poussant nos « negaWatts » au maximum, il faudra produire physiquement de l’energie electrique et en quantite : pas moins de 380 milliards de kWh avec an. Pour ce qui des contemporaines eoliennes seront l’une des reponses les plus intelligentes face aux urgences climatique et en energie. Elles collectent une energie inepuisable, renouvelable, locale. De l’electricite, et rien d’autre : jamais d’emissions, aucune dechets, aucun radiations. Et Afin de nos descendants, pas de fardeau, mais des rentes!

Cela n’y a nullement d’energie ideale, mais je sais qu’il y a de mauvais panel.

Des choix risques et insoutenables, nous contraignant a etre predateurs des minerais d’uranium du Niger, prisonniers des gisements d’Arabie ou de Siberie, carbonisateurs de l’atmosphere, encrotteurs de dechets toxiques laisses a nos descendants pour des milliers d’annees. Un comportement de pillards enivres avec des illusions de croissance sans limites: servons-nous, vite, il n’y en aura gui?re Afin de n’importe qui. Et apres-nous, la Terre brulee et le deluge climatique.

Alors, pour questionner l’avenir, pour inventer un futur encore possible, soyons realistes et audacieux. Sachons ecouter Eole et ses meufs qui nous murmurent gentiment a l’oreille, a portee de zephyr, une partie de la reponse: «Du vent partout, de l’energie pour tous!».

Thierry SALOMON ingenieur energeticien riverain des parcs eoliens des Collines d’une Moure (Herault)

Dejar un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.